17 novembre 2011

Identité : l’ultime bataille

Dans un article daté du 16 novembre, le New York Times s’interroge avec cette question clé : In The Digital Age, Are You Who You Say You Are ?

L’article relate la mésaventure de l’écrivain Salman Rushdie dont Facebook a récemment désactivé le compte et changé son identité en Ahmed Rushdie, le nom qui figure sur son passeport. C’est Twitter qui a servi d’exutoire ce lundi à Rushdie, qui s’est lancé dans une violente diatribe contre Facebook avec des Tweets assassins : « Mark Zuckerberg, où te caches-tu ? Rends-moi mon nom ! ».

Deux heures après seulement, l’auteur des Versets Sataniques y criait victoire « Facebook a perdu ! Je suis Salman Rushdie à nouveau. Je me sens tellement mieux. Une crise d’identité n’est pas une bonne chose à mon âge », suivi d’excuses officielles de Facebook.

Rushdie a été la victime de la politique du réseau social, tendant comme son comparse Google + à demander à l’internaute de se connecter avec son vrai nom et luttant contre les pseudonymes et les identités fantaisistes afin de centraliser un log-in global à différents services (G+, Gmail, Google Docs, etc.), « d’avaler » un certain nombre de données personnelles et également de simplifier la connexion à des millions d’applications en maximisant les chances de transformer directement des transactions financières avec un identifiant unique.

Lire la suite ICI.


Poster un commentaire

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom